Le Ministre des Mines, M. Cheickna Seydi Ahamadi DIAWARA a présidé ce lundi 21 mars 2016 à la Direction générale de la Géologie et des Mines le lancement du Projet de cartographie du Birrimien à l’échelle 1/50 000è. La cérémonie a regroupé les cadres nationaux, régionaux et plusieurs partenaires du Département dont les opérateurs miniers.

Dans son intervention, le Ministre a indiqué que la stratégie de développement envisagée par le Département chargé des mines pour accélérer la croissance économique et sociale en vue de la réduction de la pauvreté, consiste à mettre en place des infrastructures géologiques adéquates afin de valoriser le potentiel géologique pour inciter les investissements privés et soutenir la production minière. Il s’est félicité du développement progressif du vivier des cadres et techniciens.

Pour valoriser ce potentiel géologique et minier, le département chargé des mines a sollicité l’appui de la Banque Mondiale pour l’élaboration d’un programme de développement à long terme dont la mise en œuvre devrait permettre d’avoir une vision stratégique et d’orienter la recherche minière vers d’autres filières porteuses. Le programme adopté a été dénommé Programme de Développement du Secteur Minier (PDSM) qui est axé sur des actions concrètes qui ont été bâties sur le niveau de connaissance actuelle du potentiel géologique et minier, mais aussi sur certaines filières porteuse.

En effet, le plan d’action du Programme de Développement du Secteur Minier a été consolidé sur quatorze fiches de projets prioritaires qui doivent être finalisés en requêtes de financement. Ils prennent en compte plusieurs activités dont l’amélioration des connaissances géologiques et minières de base à travers de vaste programmes d’inventaire minier (levés géophysiques, cartographie, géochimie) ; le suivi des anomalies découvertes ; la collecte, la compilation, le traitement et la diffusion de l’information géoscientifiques ; le renforcement des capacités et l’amélioration du cadre juridique, réglementaire et institutionnel. S’y ajoutent la gestion de l’environnement, l’appui aux communautés de base, la production de matériaux de construction et d’intrants ; la diversification de la production minière ; la promotion et l’assistance aux petites exploitations et à l’artisanat minier.

Le Programme de Développement du Secteur Minier (PDSM) conformément à sa première activité a retenu parmi ses fiches les projets la cartographie détaillée à l’échelle du 1/50.000ème comme moyen d’acquérir les données géoscientifiques de haute qualité et pour diversifier la production minière. La mise en œuvre de ces projets, dont le financement doit être assuré par les ressources du budget national, devrait permettre de conforter la position du Mali sur l’échiquier sous-régional et de consolider l’apport du secteur minier à l’économie du pays tout en favorisant l’attrait d’investisseurs.

En 2015, le Département des mines a décidé de mettre en œuvre le projet cartographie de la partie Ouest du Mali. Le choix de cette partie du Mali pour le démarrage du projet n’est pas fortuit. Cette région est connue pour ses ressources en or à travers les gisements d’or de Sadiola, Yatela, Loulo, Tabakoto, Gounkoto, Fekola et en poly- métaux encore relativement sous exploré, les minéralisations de diamant connues sur une superficie de plus de 10.000 km² parmi lesquelles 27 cheminées kimberlitiques ont été déjà mises en évidence dans la partie centrale de la fenêtre de Kéniéba.La première phase du projet, sera exécutée par le bureau GEOTER SAS membre du Groupe FUGRO qui a été sélectionné par appel d’offre.

L’intérêt des formations géologiques de cette région justifie pleinement la compilation à l’échelle du 1/50.000ème. L’acquisition de cartes de détail favorisera la promotion de ce potentiel minier. Le projet de cartographie d’un coût total de 3.201.121.000 FCFA est financé en partie par le budget national d’investissement à hauteur de 700 millions de FCFA sur trois exercices budgétaires.

Cette cartographie à terme va améliorer la connaissance géologique à une échelle supérieure à celle des travaux antérieurs issus des projets de coopération bilatérale ou multilatérale et qui avaient abouti à la production de cartes géologiques à l’échelle du 1/200.000. Les objectifs spécifiques du projet sont entre autres d’améliorer la connaissance de l’architecture géo structurale des formations birrimiennes de l’Ouest du Mali, d’améliorer la connaissance des ressources minérales de la zone ouest du Mali, d’améliorer la base des données géologiques et cartographiques et de renforcer l’attrait sur l’investissement privé direct. L’autre objectif important du projet est le renforcement des capacités des cadres maliens.

Source : Ministère des Mines - 21 mars 2016